ALTER AGRI - ARBO/ VARIETES ANCIENNES PACA

Évaluer d’anciennes variétés régionales pour introduire de la rusticité dans les vergers bio du bassin méditerranéen

De l'Estre

Pendant 5 ans, la sensibilité d’une petite poignée de variétés anciennes de pommiers, abricotiers, pêchers, cerisiers et oliviers ont été évaluées chez trois arboriculteurs de la région Paca par le Grab. Depuis début 2016, le projet participatif Fruinov permet d’évaluer un bien plus grand nombre de variétés régionales et d’intérêt régional du conservatoire de Manosque.

 


Le manque de diversité variétale rustique, c'est-à-dire peu sensible aux principaux bioagresseurs, reste un frein majeur en arboriculture biologique. Pour pallier ce manque, il est nécessaire de:

  • identifier, parmi les variétés cultivées par le passé dans la région, des variétés oubliées qui pourraient satisfaire certains profils d’arboriculteurs bio,
  • créer de nouvelles variétés à partir de géniteurs bien plus rustiques que ceux classiquement utilisés.

Évaluation en conditions réelles et en culture bio

Les résultats d’évaluation de rusticité variétale fruitière sont longs à obtenir car nécessitent au moins 5 années de comparaison de sensibilité pour un bioagresseur et jusqu’à 10 idéalement. De 2007 à 2015, un projet régional a démarré en Paca autour de 3 principaux arboriculteurs motivés et volontaires pour accueillir et planter des variétés anciennes ou simplement mal connues mais recommandées par Pierre Racamond, pépiniériste spécialisé en variétés anciennes, et Christian Sunt de l’association Fruits Oubliés (www.fruitsoublies.org). Les variétés choisies en fonction du sol, du lieu de destination, du circuit de vente et du goût des arboriculteurs ont été greffées, plantées et cultivées en bio dans 3 vergers. Dès les premières récoltes, la sensibilité de ces arbres vis-à-vis des principaux bioagresseurs a été observée, comparée et compilée d’année en année.

Voir les résultats d’observation sur le site du Grab www.grab.fr/patrimoine-fruitier-4061.

Fenouillet-Aubert

L’avantage premier de ces essais, c’est une évaluation en conditions réelles et en culture bio. Les évaluations variétales fruitières sont généralement réalisées dans des vergers conduits en agriculture conventionnelle et donc en utilisant des produits phytosanitaires avec des effets bien différents de ceux pouvant être utilisés en bio sur la limitation des dégâts vis-à-vis d’un ravageur ou d’une maladie. L’idéal serait de mener ces évaluations sur des arbres ne recevant aucun traitement phytosanitaire bio ou conventionnel.


De plus, seule une poignée de variétés anciennes par espèce peuvent être plantées directement chez les arboriculteurs alors qu’il reste tellement d’autres variétés au potentiel de rusticité mal connu et qui, peut être, pourraient être intéressantes. Alors pourquoi ne pas chercher parmi les variétés cultivées autrefois dans les bassins de production (variétés régionales ou d’intérêt régional) et conservées en conservatoire fruitier régional? Parmi elles certaines pourraient être de moindre sensibilité vis-à-vis des principaux bioagresseurs de la région, utilisables comme géniteurs. Et pourquoi ne pas chercher parmi elles (c’est moins probable mais il faut le vérifier) des variétés rustiques et de qualité pomologique (couleur, calibre, forme, saveur…) satisfaisantes pour les arboriculteurs de circuit court, directement «utilisables» dans les vergers ?

Fruinov : évaluations de sensibilité et pomologiques puis sélection participative

En région Nord-Pas-de-Calais, le Centre Wallon de Recherche Agronomique et le Centre Régional de Ressources Génétiques Nord-Pas-de-Calais, se sont déjà fortement investis avec les arboriculteurs bio sur cette recherche de géniteurs dans le patrimoine fruitier régional et la création variétale de pommiers et poiriers, dans le projet Biodimestica et plus récemment avec la création de l’association Novafruit. La région Paca, emboite le pas et commence à peine avec le projet Fruinov « Recherche participative de variétés fruitières adaptées au bassin Méditerranéen et répondant aux attentes d’une agriculture plurielle», financé par le ministère de l’Agriculture de l’Agroalimentaire et de la Forêt et par la Fondation de France. Il porte sur l’évaluation de la sensibilité aux principaux bioagresseurs de la région, de variétés fruitières d’intérêt régional, de 7 espèces fruitières : abricotier, amandier, cerisier, pêcher, pommier, poirier, prunier, cultivées sans aucun traitement ou presque (1 traitement cuivre sur pêchers contre la cloque et une protection contre le carpocapse des pommes et des poires à partir de confusion sexuelle et de traitements au virus de la granulose). Les variétés d’intérêt régional étudiées dans Fruinov, ne sont qu’une partie (230 variétés) de l’ensemble des variétés conservées (334 variétés pour les 7 espèces concernées) au conservatoire du patrimoine fruitier de la Thomassine du Parc du Luberon, à Manosque. Cette évaluation de la sensibilité variétale aux principaux bioagresseurs réalisée par le Grab, l’Inra d’Avignon et le Lycée agricole de Carpentras, n’est qu’une partie du projet et vient compléter des évaluations pomologiques réalisées par le Parc du Lubéron, et une sélection participative des acteurs de la filière fruitière, encadrée par l’Inra de Montpellier et le Cetu ETICs. On entend par sélection participative, la concertation d’arboriculteurs bio de différents profils (circuit court, circuit long…), de metteurs en marché, de consommateurs, de pépiniéristes, de chercheurs entre autres, autour de ces variétés et de leurs résultats d’évaluation, pour «élire» des variétés intéressantes pour être directement cultivées, des variétés au potentiel particulièrement intéressant qu’il faudrait retenir comme géniteurs pour de futures créations variétales et enfin des variétés à écarter car trop sensibles.

Les évaluations de sensibilité, débutées en 2016, vont se poursuivre a minima jusqu’en 2018 sur les  couples [espèce – bioagresseurs] présentés dans le tableau. Pour illustrer les premiers résultats de 2016, le graphe présente pour le pêcher, les sensibilités observées vis-à-vis de la cloque.


Couples  [espèce – bioagresseurs] concernés par les observations de sensibilité

Abricotier

Monilia fleur

Coryneum

oïdium

pucerons

Chancre bactérien




Amandier

Eurytoma amygdali

Coryneum

Fusicocum






Cerisier

Monilia fleur

mouche et drosophile

coryneum

anthracnose

puceron noir




Pêcher

cloque

oïdium

Puceron vert

Puceron noir

Coryneum

tordeuse orientale

monilia fruit


Poirier

carpocapse, tordeuses

tavelure

rouille

hoplocampe

cécidomyie

Anthonome

Puceron mauve

Cèphe

Pommier

carpocapse, tordeuses

tavelure

puceron cendré

oïdium

anthracnose

hoplocampe

Anthonome


Prunier

carpocapse, tordeuses

monilia fleur

pucerons

rouille

Hoplocampe

monilia fruit

tavelure













Vous souhaitez suivre le projet ou y participer ?

L’invitation à la sélection participative par un nombre important d’acteurs de la profession en arboriculture fruitière bio, se fera en 2018.

Toute personne d’ores et déjà intéressée, souhaitant être invitée, tenu informée, juste après la lecture de cette démarche, peut nous envoyer ses coordonnées par mail dès maintenant à sophiejoy.ondet@grab.fr en précisant «intérêt pour la démarche de Fruinov».


 







La revue de l'ITAB consacrée aux techniques de l'AB

Des articles en ligne sur les techniques et la recherche en AB  sur toutes les filières rédigés par les acteurs du réseau




Publié en ligne le 24/01/2017


Auteure : Sophie-Joy Ondet (GRAB)

Photos : GRAB


             Accueil - Contact              Conception k-to-k