GENERALITES SUR AB

L'agriculture biologique est un mode de production visant la préservation des sols, des ressources naturelles, de l’environnement et le maintien des agriculteurs. Pour cela, elle a recours à des pratiques culturales et d'élevage soucieuses du respect des équilibres naturels.
En France, près de 12 000 exploitations agricoles sont engagées dans le mode de production biologique sur environ 2 % de la surface agricole utile (SAU) soit un peu plus de 550 000 hectares[1] (2006). Au moment du Grenelle de l’Environnement, Michel Barnier, Ministre de l’Agriculture, a annoncé qu’il souhaitait que les surfaces en agriculture biologique (AB) atteignent 6% en 2010, pour tenter de répondre à la demande croissante des consommateurs. Certains de nos voisins européens sont plus avancés que nous, comme la Suisse qui compte 10% de SAU en AB.
Si les principes de l'agriculture biologique ont été introduits en France après la Seconde Guerre Mondiale, sa première officialisation remonte à la loi d'orientation agricole (LOA) de 1980. Mais il faut attendre 1991 l’apparition du terme " agriculture biologique " dans un règlement européen qui reconnaît officiellement ce mode de production[2].

Des principes respectueux des équilibres naturels
L’agriculture biologique recherche en priorité les équilibres entre le sol, les animaux, les plantes.
Pour cela elle :

  • utilise des pratiques telles que le recyclage des matières organiques, la rotation des cultures (cycle de 4, 5 ou plus cultures variées), les engrais verts (type phacélie, moutarde… pour occuper le terrain et apporter de l’azote au sol), les cultures associées (par exemple du blé et des pois protéagineux mélangés sur une même parcelle);
  • n’utilise que des fertilisants naturels;
  • exclut tout pesticide de synthèse et pratique à la place le désherbage mécanique, thermique ou manuel et favorise la lutte biologique, c'est-à-dire l'action des prédateurs naturels contre les parasites (comme la coccinelle, le syrphe ou la chrysope)
  • interdit l’utilisation d’organisme génétiquement modifié (OGM);
  • exclut les cultures hors-sol;
  • préfère récolter les végétaux à maturité pour optimiser leurs qualités gustatives et nutritionnelles et respecte le cycle des saisons et les caractéristiques des terroirs;
  • élève les animaux dans le respect du bien-être animal : parcours en plein air, limitation des densités et des tailles des élevages, homéopathie,...;
  • cherche à créer des emplois.

Réglementation et contrôle stricts 
Tout au long de la filière, les opérateurs se conforment à un cahier des charges précis et rigoureux qui privilégie les procédés respectueux de l’écosystème et non polluants.  

 Protection des ressources naturelles

Basée sur des pratiques agricoles respectueuses des équilibres écologiques, l'agriculture biologique participe à la préservation des ressources naturelles. Les conséquences positives observées de la pratique du mode de production biologique sur l'environnement sont nombreuses : maintien de la biodiversité, développement de paysages de bonne qualité, amélioration de la richesse du sol et de sa stabilité, amélioration de la qualité de l'eau et de l'air[3]. De nombreuses études attestent que l’agriculture biologique favorise le maintien d’espèces plus variées et des populations végétales et animales plus nombreuses. Certaines fleurs ou espèces d’oiseaux par exemple n’ont été retrouvées que sur des espaces biologiques.

Un des arguments forts en faveur de l’agriculture biologique est également la protection de l’eau[4]. Cela notamment grâce au refus de l’emploi de pesticides et fertilisants de synthèse, à un élevage plus extensif (animaux moins concentrés sur les parcelles), à la rotation des cultures, au maintien de nombreuses prairies et couverts végétaux qui retiennent les nitrates et évitent leur fuite vers les cours d’eau et nappes phréatiques.

 

Des produits plus sains

Une synthèse d’une centaine d’études sur les produits biologiques réalisée par le FiBL[5] (Institut de recherche en AB suisse) montre que les qualités nutritionnelle et sanitaire des produits bio sont supérieures à celles des produits conventionnels.
Au niveau nutritionnel, les produits biologiques se distinguent par des teneurs plus élevées en métabolites secondaires (substances anti-oxydantes, immunostimulantes, anti-inflammatoire etc.) et en vitamine C. Dans le lait et la viande, la composition des acides gras est souvent plus favorable à la santé. En ce qui concerne les glucides et les éléments minéraux, les produits bio ne se distinguent pas des conventionnels. Pour les constituants indésirables tels que pesticides et nitrates, la supériorité des produits biologiques est incontestable. Il est possible d’agir sur la présence d’autres éléments indésirables comme les mycotoxines, les métaux lourds et les autres contaminants de l’environnement ou les germes pathogènes, mais cela ne dépend pas du mode de culture.
Les fruits et légumes bio ont révélé une meilleure qualité gustative. A côté du mode de culture, le choix des variétés, le climat, la nature du sol et les conditions de récolte et de stockage jouent également un rôle essentiel. La transformation biologique des matières premières biologiques exige un respect du produit.


[1] Source: Observatoire de l’Agence Bio: Chiffres 2006 www.agencebio.org
[2] règlement CEE du Conseil n°2092/91 du 24 juin 1991 pour les productions végétales
[3] «90 arguments en faveur de l’agriculture biologique», FiBL
[4] Voir le dossier «La bio pour protéger l’eau» de Maureen de Mey, Alter Agri 82, accès gratuit sur www.itab.asso.fr
[5] «La qualité des produit bio, une comparaison avec le convention», FiBL fin 2005, traduit en français par l’ITAB

En savoir +


Document

"Quelques techniques performantes de l’agriculture biologique"
En bref, une dizaine de techniques employées en AB
Télécharger

Site
Visiter le site de l'Agence bio

Plan Barnier "Agriculture Biologique Horizon 2012"
Allocution de Michel Barnier
Le 12 septembre 2007 au Grand Conseil d’Orientation de L’Agence Bio
Discours complet
Article de synthèse paru dans Alter Agri

Grenelle de l'Environnement

  • Document récapitulatif des tables rondes des 24, 25 et 26 octobre 2007 Rapport
  • Extrait du document récapitulatif concernant l'AB : "Des agricultures diversifiées, productives et durables" Extrait concernant l'AB
  • Groupe de travail 4 - Adopter des modes de production et de consommation durables : agriculture, pêche, agroalimentaire, distribution, forêts et usages durables des territoires
    Rapport Complet
    Synthèse du rapport

 

 

             Accueil - Contact              Conception k-to-k